Pourquoi les Bitcoiners devraient jouer à Final Fantasy X

Après avoir passé près de 80 heures à jouer à la version remasterisée de Final Fantasy X, le RPG d’aventure épique de 2001 de Square Enix, j’en suis arrivé à la conclusion que les personnages principaux ont beaucoup de points communs avec les bitcoiners. J’ai conscience que ça peut paraitre un peu tiré par les cheveux et que ma théorie peut aisément être démontée en objectant que n’importe qui passant trop de temps dans un monde fictif finit par projeter des idées personnelles sur l’action.

Mais je vous promets que Final Fantasy X a vraiment quelque chose de spécial et que les bitcoiners seront époustouflés par la fin du troisième acte. En gros il s’agit d’une histoire où se mêlent désillusion et  révélation, et dans laquelle cinq adolescents accompagnés de leur mentor plus expérimenté embarquent pour un voyage supposé suivre une tradition séculaire.

Je ne souhaite pas gâcher le plaisir que procure la découverte des événements qui se dévoilent peu à peu, mais disons simplement qu’en chemin, des rebondissements inattendus font leur apparition. C’est certes le cas dans l’ensemble des jeux Final Fantasy, mais dans celui-ci, à un moment donné, les personnages principaux annoncent en substance : “On s’en fout de votre tradition stupide ! On a trouvé un meilleur moyen et on refuse de perpétuer ce cercle vicieux qui est le votre”. Dans mon esprit, ça a résonné comme une évidence et ça faisait écho à l’attitude générale des bitcoiners : notre tendance à défier l’ordre établi et à travailler pour tracer notre propre route avec la volonté constante d’aller de l’avant.

Mais ce n’est pas tout,  il existe une autre ressemblance troublante entre Final Fantasy X et Bitcoin : il se dégage une forte impression de responsabilité et d’honneur qui guide les héros et les maintient dans leurs principes idéaliste. Même alors qu’ils découvrent avoir été au service d’une religion frauduleuse, dont le but n’a jamais été de propager la vérité mais plutôt de contrôler et même encourager l’ignorance, ils persévèrent et continuent par eux même avec leurs propres moyens.

Tidus, Yuna, Wakka, Lulu, Rikku, Kimahri et Auron n’abandonnent pas leur mission au moment où ils découvrent que tout ce qui les entoure n’est qu’un vaste mensonge servant à dissimuler une vérité bien plus laide. Au contraire, ils unissent leurs efforts pour essayer de corriger leur monde et faire en sorte que ce cycle immuable arrête de se répéter.

Ça vous rappelle quelque chose? C’est parce que le rebondissement de la fin du troisième acte (que je ne révélerai pas ici parce que je caresse toujours l’espoir que vous allez jouer à Final Fantasy X) est très similaire au vécu éprouvé par les bitcoiners. On ne veut pas sacrifier notre existence au sein de ce système corrompu; à la place on fait de notre mieux pour construire une meilleure réalité.

On passe la majeure partie de notre vie à faire confiance à un système censé agir dans notre intérêt et considéré comme étant idéal. Et puis un jour, on finit par déceler que le confort et les espoirs dont nous abreuvent nos dirigeants ne sont que des dédommagements reçus en échange de notre docilité. Presque tous les dés sont pipés en notre défaveur mais le système monétaire se révèle être celui le plus insupportable de tous; en effet on passe un tiers de notre vie à travailler (voir même encore plus si on bosse sur des projets personnels) et en contrepartie de notre temps on reçoit une unité monétaire qui se déprécie avec le temps et qui est sans cesse dévaluée par des décisions politiques; cette constatation est vraiment exaspérante.

Et puis on découvre Bitcoin et on se prend de plein fouet un instant “caverne de Platon” – on voit d’un coup la réalité telle qu’elle est et on tente de déterminer la vie qui devrait être la notre fort de ce constat. L’option pessimiste consiste à poser un regard amer sur cette situation et de remplir vaguement ses journées, tout en observant de loin l’aveuglement des autres gens. La manière plus optimiste est de choisir d’éduquer ceux qui nous entourent avec à l’esprit le désir d’un monde plus juste. Et c’est exactement cette décision que prennent les protagonistes de Final Fantasy X.

Bien sûr, on peut trouver à l’histoire des interprétations religieuses, politiques, financières, voir même sur la parentalité. C’est d’ailleurs peut-être pour ça que le jeu est régulièrement salué comme un chef-d’œuvre de la génération PlayStation 2 et vu comme l’un des meilleurs volets de la série des Final Fantasy. Et même si certaines de ces divulgations peuvent paraitre évidentes, voir banales, un rappel régulier de notre rôle dans ce vaste projet est toujours utile.

J’ai tendance à penser que les bitcoiners ont au fond d’eux des intentions aussi pures que celles des héros de Final Fantasy – ils peuvent certes parfois s’abriter derrière des images d’individus “toxiques” ou inaccessibles, mais au delà de cette façade, ils demeurent des chercheurs et des colporteurs de vérité. Cette antipathie est le plus souvent le fruit de convictions sans failles – chose que n’aura jamais vraiment aucun altcoin, dans la mesure où une vaste majorité de leurs communautés sont uniquement motivés par l’appât du gain et leurs fantasmes de richesses futurs.

Après avoir terminé Final Fantasy X, le mieux que je puisse faire c’est de recommander à tous les bitcoiners d’y jouer. Certes, le jeu a des aspects très répétitifs et un fonctionnement inhérent à la plupart des J-RPG. Mais l’histoire est carrément géniale et ce jeu contribuera à vous rappeler quel genre de personne vous êtes vraiment et ce que vos connaissances couplées à vos convictions devraient engendrer comme démarche de votre part.

Final Fantasy X est actuellement disponible sur PC (via Steam), PlayStation 4/5, Xbox One, Nintendo Switch, et évidemment sur la PlayStation 2. Le jeu coûte environ 25 $ et il est accompagné de X-2, une suite directe bien plus banale à laquelle je jouerai probablement plus tard pour y déceler des indices d’hyberbitcoinisation. Si vous ne souhaitez pas jouer au jeu et que vous voulez juste regarder les cutscenes qui vous exposent l’histoire, il existe sur Youtube 11 heures de contenu qui sont disponibles gratuitement.

D’un côté, les bitcoiners qui aiment les jeux vidéo devraient clairement jouer à Final Fantasy X; et de l’autre, les gamers qui ont déjà fini Final Fantasy X auront certainement un grand flash lorsqu’ils commenceront à en lire davantage sur Bitcoin, car ça pourrait leur ouvrir les yeux sur le fait qu’une série de désenchantement peut parfois être salutaire et déboucher sur des solutions au monde qui nous entoure.

Soutenez Bicoin Takeover

Cet article est la traduction d’un texte original de Vlad Costea

N’hésitez pas à vous inscrire à sa newsletter, suivez le sur YouTube, Twitter ou Instagram et assurez vous de ne pas manquer ses podcasts.

Pour le soutenir financièrement, reportez vous aux instructions dans ses différents posts.

Si vous voulez aussi m’encourager à continuer de publier des articles en français, vous pouvez me lâcher quelques sats ici: bc1qtyq8nkvg4avkkthnhzjk8d0290xz7xj4dutlkz

So, what do you think?

Follow Me