Une explication du réseau Lightning que même un enfant de 10 ans peut comprendre

En tant que seconde couche de Bitcoin, le réseau Lightning apporte de nombreuses améliorations. Il permet des paiements quasiment instantanés accompagné d’une mise à l’échelle qui permet d’atteindre une capacité qui n’a rien à envier à Visa par exemple et, cerise sur le gâteau: il est plutôt privé. Il peut également permettre de faire tout ce que des altcoins comme Ethereum par exemple font actuellement (NFTs, DeFi, tokenization, smart contracts avancés), mais d’une manière plus “élégante” et plus rentable.

Pourtant, en dépit de ses avantages multiples, nombreuses sont encore les personnes qui n’adhèrent pas au réseau Lightning, parfois tout simplement parce qu’elles ne comprennent pas sa nature, la manière dont il fonctionne ou bien tout simplement comment elles peuvent y participer. Afin de faciliter la compréhension de tous, je vais tenter d’expliquer la terminologie essentielle inhérente à ce réseau, en me servant d’exemples pratiques et d’analogies. Et normalement, si vous avez plus de 10 ans, vous devriez comprendre.

Vous avez besoin de vos propres nœuds Bitcoin & Lightning

Tout d’abord, afin de profiter pleinement du Lightning Network, vous allez devoir faire tourner votre propre nœud. On vit dans un monde décentralisé, en on s’efforce de bâtir des produits et des services qui ne reposent sur aucuns tiers de confiance. Dans l’idéal, vous devriez acheter du matériel que vous allez spécifiquement dédier à votre nœud – et si c’est votre souhait vous pouvez déjà compter sur des solutions pré-construites comme :

  • RaspiBlitz (environ 319€, qui bénéficie d’une distribution européenne et américaine) ;
  • MyNodeBTC (environ 429$, que vous pouvez acheter sur leur site) ;
  • Nodl (529$, que vous pouvez l’acheter sur leur site) ;
  • Start9 Labs Embassy (environ 289$, disque dur non-inclus, mais qui n’est plus disponible actuellement).

Si vous souhaitez réduire ces dépenses et réaliser un beau projet de bricolage DYI sympa pendant vos week-end, vous pouvez aussi choisir d’acheter un RaspBerry Pi 4B avec 4 Go de RAM, un SSD de 1 To de votre choix (se concentrer sur ceux des marques fiables), une carte SD de 32 Go, un boîtier de dissipation thermique pour garder votre RaspBerry Pi au frais pendant les étés et les processus gourmands en ressources, et quelques câbles. Il vous suffira ensuite par exemple de regarder le tutoriel étape par étape de Ben Arc sur YouTube (BTCIOT Tutorial – Raspiblitz LN Node) afin d’appréhender clairement les différentes actions que vous allez devoir effectuer pour faire fonctionner votre RaspiBlitz.

Si en revanche vous ne voulez pas mettre de l’argent dans un dispositif spécifiquement dédié à ça, il existe au moins deux manières assez répandues de faire tourner un nœud Lightning sur votre ordinateur. La plus avancée nécessitera l’utilisation du wallet Electrum (un guide complet est disponible sur le forum Bitcointalk), et la seconde, qui s’avère être plus basique et plus user-friendly, sera de vous aventurer sur Linux avec Umbrel. Et si toutefois vous vous sentez prêt à relever un défi encore plus conséquent, vous pouvez également choisir de faire tourner un RaspBerry Pi OS sur votre ordinateur Windows ou Mac ou même vous orientez vers les machines virtuelles.

Mais la recommandation d’utiliser un appareil spécifiquement dédié est motivée par des raisons d’efficacité et de sécurité : le RaspBerry Pi consomme très peu d’électricité et est respectueux de l’environnement (son fonctionnement 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ne vous coûtera que quelques euros par an), et un appareil qui n’effectue qu’une seule tâche précise présente une surface d’attaque bien plus faible qu’un appareil qu’on utilisera aussi au hasard pour ouvrir des emails, installer des logiciels tiers ou bien accéder à des pages Web “douteuses”.

Donc si vous avez la possibilité de mettre la main sur un RaspBerry Pi pour faire tourner votre nœud, vous devriez le faire. Ce n’est certes pas très abordable pour le moment, mais c’est appelé à s’améliorer avec le temps, à mesure que la technologie prendra de l’âge et que nous disposerons de matériel plus rapide et plus innovant.

Les nœuds Lightning sont des îles, les canaux sont des routes

Une des idées fausses la plus répandue à propos du Lightning Network est qu’il suffirait de faire tourner un nœud pour être connecté au reste du réseau. Bien que le nœud soit certes un pré-requis essentiel, il faut ajouter une étape additionnelle à votre périple et celle-ci consiste à ouvrir des canaux avec d’autres personnes.

Pour mieux comprendre le concept, essayez d’imaginer que votre nœud est une île qui viendrait d’émerger au milieu d’un océan. Votre objectif désormais est de construire des routes sur des ponts qui mèneront à toutes les personnes avec lesquelles vous allez effectuer des transactions. Plus il y aura de routes plus cela signifiera que vous aurez de connexions et de meilleurs raccourcis vous permettant d’atteindre certaines destinations.

La taille de vos canaux est également importante, car ils permettent d’effectuer des transactions plus ou moins importantes. C’est un peu comme si votre pont menant vers une autre île ne permettait qu’aux véhicules d’un certain tonnage de circuler – plus le pont sera solide, plus il sera capable de supporter de poids au cours d’un seul voyage.

Ces routes sont à double sens : vous pouvez les construire en direction d’autres îles (ça augmentera votre capacité d’envoi) ou d’autres îles peuvent les construire en votre direction (et ça augmentera votre capacité de réception). Pour avoir une île bien connectée on aura besoin des deux.

Quand vous allez envoyer de l’argent vers n’importe quelle île de la carte, vous allez devoir emprunter l’une des routes existantes. Si vous avez une route directe, alors c’est tout est simple et vous pouvez effectuer votre transaction en fonction de la taille de votre canal. Mais si vous et le destinataires devez nécessairement emprunter la route d’un tiers pour être reliés l’un à l’autre, alors vous allez devoir payer des “frais d’itinéraire” pour utiliser ces routes (en gros on peut voir ça comme un péage).

Intersection d'autoroute avec un énorme éclat de lumière énergétique

Dans l’idéal, vous devriez donc ouvrir des canaux avec chaque nœud du réseau pour toujours avoir des connexions directes – mais c’est peu pratique et concrètement quasi-impossible à réaliser à mesure que le réseau croit. Lorsque des millions de bitcoiners ouvriront au moins un canal par jour, il sera plus que difficile de disposer des fonds, du temps et de l’énergie nécessaires pour suivre la croissance du réseau Lightning. Mais pas de panique car le routage demeure très efficace et possède également des avantages en matière de confidentialité. En effet, comme dans le cas du réseau Tor, chaque nœud relais ajoute une couche supplémentaire de cryptage et d’anonymat.

Quand vous construisez des routes, vous pouvez vous aussi percevoir des frais de péage auprès de ceux qui utilisent votre infrastructure pour se rendre à leur destination. Servir d’intermédiaire pour d’autres transactions peut présenter des avantages financiers, et la plupart des gestionnaires de portefeuilles Lightning vous donnent la possibilité de choisir le montant que vous souhaitez prélever à ceux qui utiliseront votre route. Gardez toutefois à l’esprit que c’est généralement la route la plus courte, la plus rapide et la moins chère qui sera privilégiée. Donc, à moins de relier des îles obscures ignorées de tous les autres, vous devriez y réfléchir à deux fois avant de fixer un tarif élevé. Avec une grande quantité de transactions, ces micro-revenus s’additionneront et devraient arriver à subventionner les coûts énergétiques qu’implique le fonctionnement de votre nœud.

Des gestionnaires de réseaux Lightning tels que RTL (Run the Lightning) vous permettent d’ouvrir des canaux privés si vous le souhaitez. Ça signifie pour schématiser que seuls vous et le nœud avec lequel vous avez établi un pont peuvent voir et utiliser cet élément d’infrastructure. Bien que cela puisse présenter certains avantages en termes de confidentialité (personne d’autre n’est au courant), la contrepartie est qu’aucune autre transaction n’empruntera jamais votre route et que par conséquent vous ne soutenez pas vraiment le réseau et vous ne toucherez aucuns de frais de routage/péage.

La taille de vos canaux (ou la résistance au poids de vos routes/ponts comme nous l’avons défini plus tôt) n’est pas permanente et vous pouvez faire des rééquilibrages afin d’augmenter ou réduire certaines capacités. Vous allez assurément devoir payer des frais pour ce type d’opération, mais il est sain de sans cesse garder un œil sur les opérations en cours afin de pouvoir privilégier telle ou telle route en fonction de votre observation. Octroyer une plus grande capacité à vos routes les plus populaire et les plus utilisées vous sera bénéfique.

Enfin, et c’est loin d’être négligeable, n’oubliez pas que les canaux sont plus faciles à démanteler que des routes. En cliquant simplement sur un bouton, vous pouvez fermer le canal et ramener vos fonds sur la couche de base de Bitcoin. Chaque fois que vous ouvrez un canal, vous payez des frais de transaction aux mineurs Bitcoins, et il en est de même lorsque vous fermez des canaux. Pour éviter de surpayer ces opérations, il existe des guides disponibles en ligne sur les différents façons de vous acquitter de frais de transaction moins élevés.

Les clients de Lightning : LND, C-Lightning, Eclair & Nayuta

Tout comme les routes peuvent être construites à partir de différents matériaux qui ont leurs avantages et leurs inconvénients, le client de référence Lightning compte quatre versions qui ont aussi leurs propres avantages et inconvénients. Historiquement, LND de Lightning Labs est l’implémentation la plus populaire et c’est par exemple celle qui est utilisée par les systèmes d’exploitation des nœuds RaspBerry Pi (à l’exception notable d’Embassy de Start9 Labs, qui est également fourni avec c-lightning). Grâce à son large éventail d’applications et l’effet de réseau, il s’agit du plus abordable pour les utilisateurs inexpérimentés.

C-lightning de Blockstream est plus “raffiné” et mieux adapté aux développeurs, et il est construit dans le langage de programmation C (d’où son nom). Cependant, il possède moins d’applications et reste aujourd’hui surtout utilisé par les exchanges et les services qui nécessitent une fiabilité plus conséquente. Elle est également conçue de façon à permettre des atomic swaps entre les différents actifs de la sidechain Liquid de Blockstream et BTC Lightning. Ça peut s’avérer utile si vous souhaitez effectuer un peg-out sans utiliser les services KYC d’un exchange de la fédération Liquid. Si on comparait LND à Windows, alors c-lightning serait une distribution Linux, robuste mais qui aurait le défaut de n’être n’est pas très abordable par des utilisateurs lambdas peu doués techniquement.

Eclair de ACINQ s’avère aussi une option assez populaire, entre autre parce qu’elle est écrite en Scala et prend en charge les plug-ins Java et Java Virtual Machine. Or, comme de nombreuses applications Android OS sont écrites en Java, cette implémentation peut se révèler très utile pour les wallets disponibles sur les téléphones portables. Phoenix et Eclair sont d’ailleurs deux des wallets les plus populaires pour mobiles, et il est vivement conseillé de les essayer, si ce n’est déjà fait.

Enfin, il y a Nayuta, une société japonaise qui a commencé à travailler sur un client Lightning si léger que même un RaspBerry Pi Zero peut le faire tourner. Plus récemment, elle a publié une version alpha de Nayuta Core et se concentre également sur le développement de wallets pour mobiles.

L’option la plus simple pour se laisser électriser par Lightning

Idéalement, vous devriez gérer votre propre nœud et tout bien faire dans les règles. Mais si dans un premier temps vous souhaitez uniquement vous familiariser un peu avec Lightning et son fonctionnement, vous pouvez déjà essayer un wallet pour mobile comme Blue Wallet, Breez ou bien Eclair.

Blue Wallet est le portefeuille qui remporte la palme en terme d’expérience utilisateur entre tous les wallets Bitcoin confondus. Il est également très personnalisable, vous permettant soit de vous connecter à votre propre nœud, soit de vous reposer sur l’infrastructure de l’entreprise. Et si vous souhaitez recevoir un paiement Lightning, vous installez l’application sur votre téléphone, vous générez une facture pour le montant que vous souhaitez recevoir, puis il ne vous restera plus qu’à vous laisser surprendre par la vitesse de la transaction. Blue dispose également d’une version desktop, ce qui en fait l’un des moyens les plus pratiques pour commencer à utiliser le réseau Lightning.

Le Breez Wallet est spécial dans la mesure où il ouvre un canal pour vous. Après avoir déposé des fonds et attendu 3 confirmations du réseau minimum, tout est prêt. Le fait que cette expérience utilisateur simple se déroule d’une manière non-custodial, renforçant donc votre souveraineté, est vraiment positif. Ce n’est certes pas comparable à l’expérience qui peut découler d’un nœud complet, mais ça promeut tout de même les avantages offerts par Lightning grâce à quelques compromis élégants.

Et puis il y a Eclair Mobile de ACINQ, qui fait tourner une version légère d’un nœud Lightning directement sur votre téléphone mobile. Il vous offre également la possibilité de vous connecter à votre propre full node en allant modifier les paramètres avancés. Mais même si l’on se cantonne aux paramètres par défaut, ce wallet demeure une excellente option sur le plan de la souveraineté financière. Ça aurait été formidable qu’il soit également disponible sur iOS, mais ce n’est malheureusement pas le cas, probablement en raison des limitations des produits Apple. Par contre, si vous avez une carte SD suffisamment grosse, vous pourrez même exécuter un full validating node sur votre téléphone.

Enfin, si vous cherchez un moyen de recevoir vos premiers fonds sur le Lightning Network sans effort, vous pouvez simplement vous inscrire à des services de tips et de paiement sur les réseaux sociaux tels que Tippin.me ou Bottle Pay. Par la suite, si vous avez des fonds sur le Lightning Network que vous devez “rapatrier” sur la chaîne principale de Bitcoin et que vous n’avez pas de canaux à fermer parce que vous êtes full-custodial, un service comme ZigZag pourra vous aider dans cette tâche.

Soutenez Bitcoin Takeover

Cet article est la traduction d’un texte original de Vlad Costea

N’hésitez pas à vous inscrire à sa newsletter, suivez le sur YouTube, Twitter ou Instagram et assurez vous de ne pas manquer ses podcasts

Pour le soutenir financièrement, reportez vous aux instructions dans ses différents posts.

Si vous voulez aussi m’encourager à continuer de publier des articles en français, vous pouvez me lâcher quelques sats ici: bc1qj0z6eu07wydhrgpky6qqsse3sn9yldvalw3rj5

So, what do you think?

Follow Me
en_USEnglish